Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 14:52

                                            

 

Diapason vient de publier dans ses indispensables, sous le titre, discutable, de « Mozart – Les Grands Opéras » (et La Clémence, alors ?), un coffret qui propose non seulement une interprétation de référence de chacune des œuvres qui compose la trilogie da Ponte en plus de versions de l’Enlèvement et de La Flute enchantée, mais aussi un certain nombre de bonus, destinés à refléter l’excellence du chant et de l’interprétation mozartienne des années 50. On me sait ému tout particulièrement par ce chant-là et plus encore par ces chanteuses-là. On pourra entendre les toutes belles et toutes aimées Seefried, Jurinac, Stich-Randall et Stader (et Schech ! en première dame). On pourra entendre les toutes belles et moins aimées (par moi, j’entends) Streich, Schwarzkopf, Grümmer et Della Casa. On pourra même entendre Anna Moffo montrer ses cuisses de nymphe potelée à défaut de véritable sensibilité. Quelques noms manquent à l’appel : passons sur Loose ( mais il y a Otto en Papagena), Lipp, Köth (parce qu’elle figure, triomphalement, dans le cd d’airs de concert édité par la même revue) … mais ne passons pas sur Hilde Güden, qui eut sans doute la prétention de figurer au même titre que les autres dans l’histoire du disque mozartien et qui, comme Seefried, et c’est ce qui les rend difficiles parfois à représenter en terme d’emploi, fut une chanteuse star sans être ni une Constance, ni une Reine de la Nuit, ni une Donna Anna. Comme Seefried donc (dont on n’a pas assez dit sa prédominance en Fiordiligi semble étonnante, a posteriori), elle incarna, chez Mozart, surtout Zerlina, Susanna et Pamina, avec des excursions (que ne fit pas sa rivale) vers Despina et Chérubin.  Plus tard, elle passera à Elvira (un live témoigne avec Karajan), la comtesse (en studio - Berlin Classic) et Fiordiligi (« éblouissante en rien » nous dit Tubeuf. J’en doute, quand j’entends son Elvira qu’on suppose travaillée de la même manière. Un enregistrement radio, inédit, existe).

 

Decca l’engagea, lui rendit hommage en lui offrant des intégrales de studio où elle devait tenir son rang, face à une concurrence constituée, chez DG ou EMI, par ses collègues de Vienne (Seefried, toujours) ou d’ailleurs (Stader pour La Flute de Fricsay). Alors quoi ? Un Don Giovanni dirigé par Krips. Une Flute par Böhm. Des Nozze par Kleiber (où elle confisquait l’air de Marcellina). Peut-on imaginer plus bel écrin ? Non, sans doute. Mais le fait est qu’aucune de ces intégrales n’est parvenue à trouver sa place incontestée auprès de la critique. Au mieux, on les respecte, au pire on s’en écarte franchement. Pauvre Güden : avoir la voix parfaite de ces rôles (il faudra sans doute attendre Edith Mathis pour entendre un tel corps vocal dans une tessiture de soprano léger) et, mieux encore, le ton (et aussi, du moins souvent, l’italien, ce qui n’est pas mal), la mobilité de Susanna, la séduction de Zerlina, la dignité juvénile de Pamina et ne pas avoir la direction ou plutôt l’ensemble qu’elle mérite (on pourrait en dire autant de ses partenaires, pas moins prestigieux mais qui trouvèrent dans certains lives célèbres de quoi se rattraper).

 

Chez Decca donc il faudra d’abord se rappeler de sa Sophie, sa Rosalinda ou sa Zdenka pour lesquelles elle avait les mêmes vertus : un timbre de rêve (l’un des plus jolis, des plus rococo, de mieux faits qu’on puisse entendre dans ces emplois parfois gracieusement citronnés), une espèce de chaleur naturelle tout aussi rare, un sens de la parole en musique, sans explication de texte, mais avec un naturel confondant (typique de cette école) et enfin, ce qui fait les grandes voix au disque, une phonogénie et une autorité, une présence vocale qui déplaçaient le centre d’écoute vers elle, et mettait l’auditeur à la recherche de sa voix, malgré ou à cause de ses défauts (une absence de vibrato réconfortante mais qui pouvait finalement déranger et surtout des aigus droits, ce qui va souvent de pair, une pétulance qui provenait de l’émission même, autrement dit de ce qui faisait également son charme et sa personnalité vocale). Et puis les rôles italiens : Musetta, Adina (les deux irrésistibles, comme ses rôles d’opérette viennoises, ce qui montre que l’esprit est sans frontière) et Gilda, peut-être ce qu’elle a légué de plus beau au disque (le seul personnage, sans doute, qui à Vienne et parmi les grandes ne fut qu’à elle : ni un rôle de pure colorature – elle n’avait pas de suraigus et, dans Zerbinette, coupait ce qui la dérangeait – ni un grand emploi aristocrate : une jeune fille amoureuse et blessée).

 

Oublions Mozart alors … Même pour un bonus ? Elvira est étonnante, d’abord parce que manifestement Güden est soucieuse de réussir : elle négocie le port du personnage aussi bien que ses graves … pour se retrouver à bout de souffle ou plutôt d’accents dans le grand « Mi Tradi » (jamais autant que Wilma Lipp qu’on entend littéralement, à Buenos Aires, s’inventer des notes au fur et à mesure que l’air se déroule). Raté. Fiordiligi, dont on ne peut entendre qu’un fragment dans le cd Orfeo consacré à Kmentt, est en allemand, comme la comtesse de studio (je ne connais pas celle, en italien, avec Sciutti et Fischer-Dieskau qui existe en DVD) et cette dernière un peu prudente et éteinte, occupée à soutenir plutôt qu’à tenir : avec la pétulance est morte une partie du charme. Caramba ! Encore raté ! A l’opposé alors ? Chérubin ? En allemand encore et surtout Furtwängler fait de l’œuvre un mouroir dans lequel tout le monde s’empêtre, même un Chérubin qu’on pressent, qu’on entend, exquis, rond et pur. Faut-il revenir à Susanne ? Il existe bien des Noces (en allemand toujours) enregistré à Cologne en 1951, avec Grümmer, Kuntz et Schöffler. Fricsay dirige, dont les Nozze en studio, de mauvaise réputation sont pourtant un sommet de la discographie. Même si c’est un enregistrement de radio (avec une intelligence des micros superlative : écoutez le murmure parlé à l’arrivée de Chérubin, lors du nocturne au dernier acte), le son sature et grésille un peu pendant les marronniers. Allez, devant l’écatombe, on pardonne aux chercheurs de Diapason, en pensant, malgré tout, que, des intégrales studio, les airs de Susanna, où elle fut au moins historique, et surtout celui de Pamina, terrien mais poétique, à la couleur dorée et ferme, loin des divines liquidités de Grümmer, auraient pu être offerts à la curiosité de l’auditeur.   

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vidame - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Knut Talpa 31/08/2015 23:13

Merci, ça fait plaisir de voir que votre blog repart, même si c'est provisoire.
J'ai découvert il y a quelques mois la Flûte Decca de Böhm, et Güden m'a heureusement surpris. Rien de légendaire, à mon sens, mais c'est si ferme, si bien chanté, avec une sensibilité réelle, qu'elle atteint une poésie propre. par contre je continue de détester sa Zerlina chez Krips (tellement sucrée et factice) et même sa Susanna, que je trouve également assez fabriquée avec des sonorités qui me gênent vraiment, sans jamais l'humanité directe de Seefried évidemment. De toute façon je n'ai jamais apprécié ces Noces de Kleiber, je veux dire que la distribution ne m'en paraît pas heureuse. Bref… Mais je garde un excellent souvenir de son Chérubin en allemand dans le live de Furtw, et je ne sais pas pourquoi, je l'imagine passionnante en Despina.

Je me demandais en fait s'il ne lui fallait pas justement une base d'artifice pour séduire, ce qu'infirmerait justement votre éloge de sa Gilda (connais pas… connais pas !). Sa Rosalinde avec Clemens Krauss est une des plus extraordinaires, et d'une beauté de chant rare, avec la vivacité d'esprit, mais surtout elle reste pour moi la plus grande Zdenka (intégrale Solti) : ça semble écrit pour elle, mais surtout le portrait, le ton, les mots merveilleusement dits et incarnés, tout est tellement juste, avec dans la voix un érotisme (Rothenberger ne l'a pas, par exemple, ou absolument pas à ce degré) qui pour moi est bénéfique à ce rôle. A propos, je suis toujours curieux de découvrir un jour Edith Mathis dans le rôle (live de Munich avec Varady, Töpper, Mödl, etc. publié chez Melodram). Tout ça pour dire que je l'associe avant tout à Richard Strauss (sa Zerbinetta m'avait emballé aussi), là je trouve que tout la met en valeur, et que la voix semble faite pour cette musique "sophistiquée". Pas encore entendu ce disque de lieder de Strauss avec Gulda dont on dit merveilles, mais vous en parlerez, n'est-ce pas ?

Remarque accessoire : j'ai l'impression qu'elle n'a quasiment rien enregistré dans l'oratorio ou les œuvres de concert, à part la Neuvième avec Kleiber (et Dermota, slurp) et sauf erreur le Livre des 7 sceaux de Franz Schmidt (live de Mitropoulos à Salzbourg).

Ah, et une chose d'elle que j'ai beaucoup écoutée autrefois, quand je me shootais au récital d'opérettes de Schwarzkopf, c'est l'air avec les nonnes extrait de Casanova.

Le Vidame 01/09/2015 09:02

J'écume sa discographie en ce moment (mais ne comptez pas sur moi pour en proposer une, hein ...) et effectivement, il n'y a pratiquement rien qui ne soit strictement scénique. Très peu de lied, d'ailleurs, à part le cd Strauss dont vous parliez ("fantaisie charmante" écrit Hoffelé sur son blog).

Sophie, Zdenka, Zerbinette (Tom qui n'aime pas du tout Güden, me disait une fois "dans Zerbinette, c'est simple, ce qu'elle n'arrive pas à faire, elle coupe ou elle simplifie... c'est pratique"), la Femme silencieuse et Daphné, cinq opéras de Strauss et avec à chaque fois des critiques enthousiastes, c'est plus que toutes les autres et même le cd avec Gulda confirme qu'elle fut avant tout straussienne.Je pense aussi que "la conversation en musique" (et en allemand) met en valeur son "parler" faussement naturel (artificiel, donc ?) et que la couleur sucrée qu'on lui reproche souvent ne trouve pas dans ces tessitures élevées à trop s'étaler.