Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 20:18

 

 

 

Souvenir d'un petit jeu pratique autrefois sur un forum et qui convient à mon humeur estivale. En fait il convient à mon humeur toute l'année. Et, à y bien réfléchir, c'était probablement même moi qui l'avait inauguré.

Alors disons simplement que je m'assume davantage à cette époque de l'année. Il consiste à lister cinquante disques, relevant du répertoire lyrique et à en justifier la place ici  en  quelques lignes. Un peu sur le modèle de « L’Avant Scène a également reçu ».  J’ai donc occupé une partie de mon 14 juillet à opérer la sélection des disques que j’écoute le plus souvent. Je livre la liste en dix arrivages, par ordre alphabétique (assez aléatoire, mais c’est simplement pour plus de simplicité. Autrefois j’aurais eu le courage, ou la stupidité, de proposer une liste numérotée et classée.)  Finalement, après beaucoup de tortures mentales (évidemment absolument inutiles), la liste me plait assez, elle reflète bien ce que je fus en tant qu’auditeur et elle annonce, sans doute, ce que je deviens. Je suis frappé par la permanence de certains souvenirs en tout cas.

1.       Airs d’opéra « Rarities » par Seefried (Relief). Voir, pour les détails, Le Phénix (tout en bas). Je trouve assez amusant d’introduire Puccini (Suor Angelica) et Verdi (Requiem), qui seront peu représentés dans cette liste, par le biais d’une chanteuse comme Seefried. D’autant, qu’en toute objectivité, ce sont, précisément pour ces pages italiennes, les interprétations les plus émouvantes et les plus belles que je connaisse.

 

2.       Airs d’opéra par Cerquetti (Decca). Voir Anita Cerquetti : récital publié dans la collection "Grandi voci" (Decca) .

 

3.       Airs d’opéra par James McCracken. (Decca.)

Récital « carte de visite » dirigé par Dietfried Bernet, qui souligne immédiatement la singularité de McCracken (Tannhäuser et le Trouvère, Max aussi bien que Faust, mais, au fond, ces deux là vont bien ensemble). Proche du rapt vocal, ce que fait subir le ténor à nos oreilles, en termes d’engorgements et de nasalité, est probablement unique. Une couleur surexposée et métallique, un timbre, plutôt clair, aux antipodes de "l’italianita" dogmatique, un ton sauvagement héroïque. Je vénère tout ce qui nous reste (Otello dirigé par Barbirolli, le Prophète de Meyerbeer en studio, Canio, avec Lorengar pour Decca encore) de ce monstre vocal, sans limite de tessiture ni d’ampleur, qui semble avoir fait ses classes dramatiques auprès de Frédéric March et qui accroche les oreilles autant que les notes. On ne fait pas moins moelleux, on ne fait pas plus captivant.

  

4.       Airs d’opéra par Peter Schreier (Berlin Express)

Au cœur d’un gros coffret, saturé de merveilles (plus ou moins sucrées et surprenantes) une compilation exclusivement lyrique offre des extraits d’intégrales (l’air de Fenton, version Nicolai, dans le disque de Klee, est miraculeux) et petits bouts de récitals raccommodés avec du Mozart en allemand, mais aussi du Haendel (Ariodante !) Schreier vocalise avec raideur et densité et dispense un charme germanique auquel je suis curieusement très sensible. Ce n’est certes pas solaire, ce n’est pas lunaire non plus (ou alors pour les cratères qui éclatent au détour d’une mesure dans « Fuor del Mar ») mais ça atteint souvent à une poésie de ligne (question de fermeté je crois bien) particulièrement évocatrice. Quoiqu’il en soit les couleurs et l’intonation de sa voix dans les passages vocalisant suffisent à m’émouvoir. Tant pis pour les couacs. Et dommage qu’il n’ait pas enregistré un récital de Bel Canto, tiens …   

 

5.       Airs d’opéra « A portrait » par Stich-Randall (Millenium « classics »)

Stich-Randall elle, n’a pas eu cette timidité. Son récital « hors Mozart » sous la direction de Priestman, est presque belcantiste, en tout cas dans sa mouture CD (ce devait être à la base un double disque, qui incluait « Ah perfido » et la cavatine d’Agathe.) On n’est souvent pas très loin du nanar lyrique et les vocalises « staccato » dans les cabalettes de Verdi ou, pire, Bellini (la folie des Puritains), sont, dans leur genre, anthologiques et délectables. Mais des transparences et des illuminations de vitraux transcendent les pages méditatives et mélancoliques. L’air de Louise est éblouissant, sans une once de sensualité pourtant, Marguerite et Lakmé (la berceuse, pas les clochettes) somnambuliques et fascinantes et la folie de la Margarita de Boito, qu’on imagine les yeux fixes et hallucinés à cause des sons droits et des aigus claqués, déchirante, en dépit, ou à cause, du détachement abstrait qui paraît sourdre du timbre.   

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vidame - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Le vidame 22/08/2012 09:27


Vous oubliez de dire à vos lecteurs attentifs que ça ne coute vraiment rien du tout (10 euros je crois)


Daphne est une réédition je crois ? C'est curieux, j'ai l'impression qu'on n'en parle jamais. Je ne connais d'ailleurs de cette oeuvre que la scène finale par Stich Randall (extraordinaire comme
chacun le sait).


Mais où est Hansk ? Il devrait nous dire ce qu'il pense de Reining ici.

Monsieur Taupe 21/08/2012 15:38


P.S. Sur Amazon on a le détail des extraits du Requiem 45 : Dies irae, Mors stupebit, Liber scriptus (Höngen !), Quid sum miser, Rex tremendae majestatis, Recordare, Sanctus, Agnus Dei + séquence
finale bien connue.


Curieux que la bande complète ne soit pas été publiée en intégralité. À moins qu'elle ne soit pas complète, comme pour les Meistersinger de Böhm/Seefried ?

Monsieur Taupe 21/08/2012 14:48


Alerte à toutes les patrouilles !


 


Tubeuf chronique dans Classica une réédition Myto de la Daphné de Strauss par Böhm en 44 (Reining, Dermota). Où l'on apprend qu'en complément, Myto donne "un grand demi-Requiem de Verdi", et
c'est le fameux de Böhm/Seefried/Höngen/Dermota/Alsen. Je n'en sais pas plus, mais on doit probablement entendre plus que le "Libera me" de Seefried et les fragments publiés par Archipel en
complément des Schubert tardifs de Seefried.


 


 

Monsieur Taupe 16/07/2011 01:21



Allons, calmez-vous, et baisez cette main qui vous perce le cœur. C'est le début de la sainteté. Ensuite on fera un oratorio sur vous, ça s'appellera Notre-Vidame de Hongrie, Sylvain
Fort écrira le livret et pour la création mondiale c'est David Le Marrec qui interprètera toutes les parties, au moins les récitatifs.



Le vidame 15/07/2011 20:30



Hasse par Schreier ? Wow ! Dans le disque dont je parle il y a un extrait d'Orfeo (version Monteverdi), mais c'est tellement mal fichu ces compilations que je ne m'y retrouve pas.


Dans le coffret on trouve aussi deux grands disques de germaniseries : des airs d'opérette et puis un truc fabuleux accompagné à la guitare. Bref ... 


J'arrête là : je vois déjà Mehdi Mahdavi en train de rendre son déjeuner à l'idée de toute cette italianita violée. Je ne lui ai jamais pardonné son intervention dans
Cave Canem présentant Schreier précisément comme le sergent major dont vous parlez.