Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 15:04






J’aime les listes, c’est là mon moindre défaut. Elles ont quelque chose de si parfait, de si achevée dans leur modestie. C’est tout une partie de ma personne qui se réjouit quand elle confrontée à une belle liste. Donc pour l’instant cet article ne sera qu’une assez banale « liste de mes films préférés », rayon naphtaliné. Au fur et à mesure j’espère développer le concept pour en faire  une petite encyclopédie cinéphilique.

Il n’y aura rien de suivi ou de systématique. Ce n’est pas la première visée de ce blog. Certains films ont été très bien analysés sur Sniff and Puff (voir ici : link) aussi je renverrai tout simplement, le moment venu, au blog en question. Pour d’autres je remplacerai l’article sur le film lui-même (s’il fait déjà l’objet d’une riche bibliographie) par un portrait de l’actrice principale.

C’est un peu une démarche « anti Tavernier-Coursodon » (dont j’admire et apprécie énormément l’ouvrage, là n’est pas la question) : pas un Ford, pas un Preminger, pas un Lang, pas un Mankiewicz. Le plus romanesque, le plus hollywoodien, des films d’Hitckock. Le plus luxieux (le seul luxieux ?) des films de Lumet. Delbert et Daniel Mann, Wyler, Leroy, Miller ou MacDougal. Un wester égaré ici, mais qui m’avait coupé le souffle. Peu de films noirs et aucun classique du genre. Mais des mélodrames flamboyants à la pelle, de somptueux romans-photos et beaucoup de films pseudo-historiques.

Le camp rode, j’en suis conscient mais je ne peux pas me voiler la face : c’est le cinéma que j’aime, même au premier degré et même en le suranalysant pour me donner bonne conscience. Autant de films, quelles que soient leurs qualités artistiques (et elles sont parfois très grandes), que je pourrais regarder inlassablement (j’emploie le conditionnel car certains, pour m’avoir fait une impression inoubliable lors d’un passage télévisuel ou une séance à la cinémathèque, n’en ont pas été plus édités officiellement pour autant).


 

 

Aimez-vous Brahms ? (1961) Anatol Litvak

Airport (1970) George Seaton/Hotel International (1963) Anthony Asquith

L'Arbre de vie (1957) Edward Dmytryck

L'Atlantide (1949) Gregg C. Tallas

Au revoir Mr Chips (1939) Sam Wood

L'Aventure vient de la mer (1944) Michel Leisen  

The Best of Everything (1959) Negulesco, voir ici

La Blonde défie le FBI (1966) Franck Tashlin  

Camelot (1967) Joshua Logan  

Car sauvage est le vent (1957) Cukor

Ces folles filles d’Eve (1960) Levin

La Chanson du souvenir 1945 C.Vidor

Le chant du printemps (1937) Robert Z. Leonard

Les chemins de la liberté
(1941) Hansen

La Chute de l’empire Romain (1962) A.Mann

La Colline de l’adieu (1955) King

Le Crime de l’Orient Express (1974) Lumet

Deanna mène l’enquête (1945) David

Depuis que ton départ (1944) Cromwell

Désirée (1954) Koster

Les Dolly Sisters (1945) Cummings

Duel au soleil (1946) K. Vidor

La dynastie des Forsythe (1949) Compton-Bunnett

Echec à Borgia (1949) King

Ecrit sur du vent (1956)  Sirk

Les Ensorcelés (1952) Minelli  

L’Egyptien (1954) Curtiz

Fanny (1961) Logan

Feuilles d’Automne (1956) Aldrich

Le Fil du rasoir (1946) Goulding

La Furie du Désert (1947) Allen, voir ici : link

La Garce (1950) K.Vidor

Géant (1956) Stevens

Le Grand Mensonge (1941) Goulding

Histoire d’un amour (1961) Miller

Ils n’ont que 20 ans (1959) D.Daves, voir ici : link

In This our life (1942) Huston

Les Invités de huit heure (1933) Cukor

The Lost Moment (1947) Gabel

Justine (1968) Cukor

La Loi du Seigneur (1956) Wyler

Lydia (1940) Duvivier

Ma Cousine Rachel (1952) Koster

Ma Femme est un grand homme (1947) Potter

Ma Tante (1958) Da Costa

Madame Curie (1943) Leroy

Madame X (1966) Lowell-Rich, voir ici : link

Maison de Rendez-vous (1950) Gout

La Maison du Diable (1963) Wise

Mame (1974) Saks

Marie-Antoinette 1938 Van Dyke

Le Masque arraché (1952) Miller

La Mauvaise graine 1956 Leroy

Le Mirage de la vie (1959) Sirk

Myra Breckinridge (1970)  Sarne

Les Oubliés (1941) Leroy

Le Narcisse noir (1947) Powell

La Nef des fous (1965) Kramer

Les Noces de cendre (1973)  Pierce

Par l’amour possédé (1961) J.Sturges

Passion immortelle (1947) Brown

Péché Mortel (1945) Stahl

Picnic (1955) Joshua Logan  

Piège à Minuit (1960) Miller

Les Plaisirs de l’Enfer (1957) Robson

Plus on est de fous (1943) Stevens

Quarante tueurs (1957)  Fuller  

Rebecca (1940) Hitchcock

Reviens, petite Sheba (1952) Daniel Mann

Rivalités (1964) Dmytryck

La Rumeur (1961) Wyler

Soledad (1969) Camus, voir ici : link

Something for everyone (1970) Prince

Songe d’une nuit d’été (1935) Dieterle

Stolen Face (1952) Terence Fischer

Tables séparées (1957) Delbert Mann

Tout ce que le ciel permet (1955) Sirk 

Toute la ville danse (1938) Julien Duvivier  

Une femme diabolique (1955) MacDougall

Une femme en enfer (1955) Daniel Mann

Une fille de la Province (1954) Seaton

Une île au soleil (1957) Robert Rossen

Vacances à Venise (1955) Lean

La Vallée des poupées (1967) Robson

La Vénus au vison (1960) Delbert Mann

La Vieille fille (1939) Goulding

Ville Haute, ville basse (1949) Leroy

Visages d’Orient (1937) Franklin

Volupté (1961) MacDougall

Young at heart (1954) Douglas  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vidame - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Santa Claus 15/12/2010 19:13



Vous qui aimez les listes, je pensais à ça pour vous :


http://www.amazon.fr/haut-bas-Philosophie-listes/dp/2021011836


 


(Bernard Sève avait été reçu chez Monique Canto-Sperber, ses réflexions autour des listes étaient vraiment intéressantes)



Le vidame 06/11/2009 20:01


Love Letters et Johnny Eager je voudrais bien les avoir vus et pouvoir en parler (d'autant que je suis un collectionneur obsessionel d'oscars et que Jones fut nommée en 1945, j'en parle ailleurs
dans le blog à propos de Mildred Pierce) mais c'est absolument introuvable aujourd'hui (pas de trace d'une reprise du film de Leroy a priori, mais je te tiendrais au courant, si j'ai des
échos).
Evidemment la liste serait différente dans un an et n'est pas la même que celle que j'aurais faite l'année dernière. En ce moment j'ai l'esprit tourné vers certains films caractéristiques, très
poussés, excessifs, symboliques d'un genre ou d'une période. Et je suis plus 50's flamboyants que jamais. Ca n'enlève rien à l'émerveillement ressenti devant Miracle sous la pluie (nous en avions
déjà parlé je crois)ou Johnny Belinda (ne serait, pour ce dernier, que pour la sensationnelle interprétation de Jane Wyman).


Kurwenal 05/11/2009 20:29


J'ai, pour ma part vu presque tous les films de la liste, et à part une toute petite poignée qui m'ont laissé sur le bord du chemin (mais ce n'est que pécadille) j'adhère bien à ces choix. Bien
sûr, la liste est subjective, elle obéit sans doute à des lois qui te sont propres, et en outre je ne suis pas homme de liste(s)...cependant si je peux me permettre, tant je suis impatient de lire
les commentaires -mais on en veut toujours plus-, j'aurais bien inclus quelques titres qui me tiennent à coeur comme "Love Letters" (Le poids d'un Mensonge) de Dieterle, "Johnny Belinda" que tu
connais bien je crois, puis "Johnny Eager" de LeRoy qui pourrait te surprendre (sauf erreur de ma part, j'ai cru lire qu'il passait qq part en région parisienne), "A Place in The Sun",
immanquable!!! et pour conclure je suis content de lire bientôt tes propos sur "The Raintree County" le mal aimé. Je rajouterai bien "Miracle in the Rain" de Maté...mais tout cela sera pour une
deuxième liste subjective ;-))Bref, un long voyage...


Le vidame 02/11/2009 16:49


Mais non, mais non.

Un certain nombre sont super typiques d'une certaine production de "prestige" qui n'a pas trop bonne presse en France et dont on ne parle pas (sans compter que parfois pour les trouver en DVD ...
tu peux chercher longtemps) et d'autres relèvent d'une certaine contre-culture.

Disons que comme le discours cinéphilique français est très centré "masculin hétérosexuel" (tu sais les fans de Leone, de Kubrick, de Spielberg, de Boorman etc.) on ne parle pas de ces films de
sensibilité autre ou alors on dit que c'est nul. Dans une certaine mesure, certains le sont effectivement. Ce qui ne m'empêche pas de les aimer (je pense à l'improbable melotrash "Rivalités").

Ceux que j'ai vu au cinéma je peux les compter sur les doigts d'une seule main, je pense.
Ou alors j'ai pu les voir au cinéma mais jamais les revoir en DVD (genre L'Aventure vient de la mer).
La vie est mal faite.


Crack 02/11/2009 16:41


en fait, ce qui me terrifie réellement, ce n'est pas tant le fait de n'en avoir vu qu'une dizaine que celui de ne pas avoir jamais parler de la majorité d'entre-eux. (Airport, je ne l'ai vu qu'à la
télé et en vf, donc je ne le compte même pas !!!)