Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 20:03
 
 
 
En vérité Monsieur j’aurais donné tout au monde pour la conserver, la tenir en vie, fut-ce dans l’état où je la voyais et passer le reste de mes jours avec elle.
 
Beaucoup de gens ne voulaient pas la croire aussi malade qu’elle l’était et on continuait à lui envoyer, comme on avait fait tout l’hiver beaucoup de pièces en vers qui lui étaient adressées, tantôt sous le nom de Caliste, tantôt sous celui d’Aspasie, mais elle ne les lisait plus. Un jour je lui parlais du plaisir qu'elle devait avoir en se voyant estimée de tout le monde. Elle m’assura qu’ayant été autrefois fort sensible au mépris, elle ne l’était jamais devenue à l’estime. "Mes juges ne sont, dit-elle, que des hommes et des femmes, c’est à dire ce que je suis moi même et je me connais bien mieux qu’ils ne me connaissent. Les seuls éloges qui m'aient fait plaisir font ceux de l’oncle de Lord L … Il m’aimait sur le pied d’une personne telle que, selon lui, on devait être et s’il avait eu à changer d’opinion, cela l’aurait fort derangé. J’en aurais eté fâchee, comme de mourir avant lui. Il avait besoin, en quelque sorte, que je vécusse et besoin de m’estimer."
 
On ne l’a jamais veillée. J’aurais voulu coucher dans sa chambre, mais elle me dit que cela la gênerait. Le lit de Fanny n’était séparé du sien que par une cloison, qui s’ouvrait sans effort et sans bruit au moindre mouvement. Fanny se réveillait et donnait à boire à sa maîtresse. Les dernières nuits je pris sa place non qu’elle se plaignît d’être trop souvent réveillée, mais parce que la pauvre fille ne pouvait plus entendre cette voix si affaiblie, cette haleine si courte, sans fondre en larmes. Cela ne me faisait certainement pas moins de peine qu’à elle, mais je me contraignais mieux. Avant-hier, quoique Madame M… fût plus oppressée et plus agitée qu’auparavant, elle voulut avoir son concert du mercredi, comme à l’ordinaire, mais elle ne put se mettre au clavecin. Elle fit exécuter des morceaux du Messiah de Haendel, d’un Miserere qu’on lui avoit envoyé d’Italie et du Stabat Mater de Pergolese. Dans un intervalle elle ôta une bague de son doigt et elle me la donna. Ensuite elle fit appeller James lui donna une boîte qu’elle avait tirée de sa poche et lui dit "Portez-la lui vous-même et s’il se peut restez à son service. C’est la place et dites lui, James, que j’ai longtemps ambitionnée pour moi. Je m’en serais contentée." Après avoir eu quelques momens les mains jointes et les yeux levés au ciel, elle s’est enfoncée dans son fauteuil et a fermé les yeux. Je lui ai demandé, la voyant très faible, si elle voulait que je fisse cesser la musique, elle m’a fait signe que non et a retrouvé encore des forces pour me remercier de ce qu’elle appellait mes bontés. La pièce finie, les musiciens sont sortis, sur la pointe des pieds, croyant qu’elle dormait, mais ses yeux étaient fermés pour toujours.
 
Ainsi a fini votre Caliste, les uns diront comme une païenne, les autres comme une sainte, mais les cris de ses domestiques, les pleurs des pauvres, la consternation de tous le voisinage et la douleur d’un mari qui croyait avoir à se plaindre disent mieux que des paroles ce qu’elle était.  
 
En me forçant, Monsieur, à vous faire ce récit si triste, j’ai cru, en quelque sorte, lui complaire et lui obéir par le même motif, par le même tendre respect, pour sa mémoire, si je ne puis vous promettre de l’amitié, j’abjure au moins tout sentiment de haine.
 
                                                                            FIN
 
                                                        Isabelle de Charrière - Suite des Lettres écrites de Lausane
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vidame - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Le vidame 21/05/2010 14:53


"Si si, mais il avait la rage : on a dû l'abattre."

Ah ... c'est ça la tête empaillée sur le cheminée de tante Gladys, alors.


Le vidame 21/05/2010 14:52


Non ne craignez rien. C'est le vicaire de Wakefield sous les tilleuls, il n'est pas dangereux et partage volontier sa couche.


Bajazet 21/05/2010 14:48


Arf ! je voulais dormir sous les deux tilleuls, et il y a déjà quelqu'un…


Bajazet 21/05/2010 14:47


Si si, mais il avait la rage : on a dû l'abattre.


Le vidame 21/05/2010 14:41


Pour le papillon alors. Ca fait un bail qu'on a pas vu un pasteur dans le coin.